Sal La Rocca ft. Play Misty For Me – Clint Eastwood (1971)

Si le podcast ne s’affiche pas cliquez ici.

«Sal La Rocca, contrebassiste, joue et compose un jazz. Loin du mainstream. Un noble cul terreux qui prit en pleine poire le film à l’origine du rendez vous : play misty for me. Clint Eastwood le réalise en même temps qu’il y joue. Avec les moyens du bord, une histoire à lui, et sa dévotion pour le jazz. Une synchronicité frappe à vos oreilles. Toc toc. C’est Sal la Rocca qui dit : la musique et l’image sont vachement liés. Il était une fois un liégeois…) ».

space

/ Au cours de l’émission vous pouvez entendre:

• Stan Kenton – Dee Barton

• Vidéo : Play Misty For Me (Universal, 1971)
• Vidéo : The Saint (TF1, 1962)
• Sal La Rocca – It Could Be the End (Igloo, 2012)
« Insomnia »– 5’18
• Sal La Rocca – It Could Be the End (Igloo, 2012)
« Osuna »– 7’30
• Stan Kenton – The Jazz Compositions Of Dee Barton (Capitol Jazz, 1968)
« Lonely Boy » – 2’52
• Vidéo : Play Misty For Me (Universal, 1971)
• Johnny Otis Show – Live At Monterey (Epic, 1970)
« Gene Connors – Preacher’s Blues » – 3’22
• Vidéo : Play Misty For Me (Universal, 1971)
• Sal La Rocca – It Could Be the End (Igloo, 2012)
« It Could Be the End » – 7’14

space

10609172_10204816613554728_667114757_n/ L’invité

Sal La Rocca (Contrebasse) : La référence comme contrebassiste sur la scène belgo-jazz, Sal La Rocca révèle un univers personnel, cohérent et moderne où les improvisations se mêlent à l’énergie et aux sonorités rock, son premier amour, comme guitariste à l’époque. Il se forme en autodidacte à la contrebasse et découvre le jazz au début des années ’80. Il n’a de cesse depuis d’accumuler les projets comme sideman aux côtés de Steve Houben, Lee Konitz, Nathalie Lorier, Philip Catherine, Erik Vermeulen et Manuel Hermia, notamment. Musicien entier, aux idées bien affirmées, il entreprend à deux reprises l’aventure comme leader-compositeur et s’entoure pour l’occasion de solistes aux qualités d’improvisation hors pair. Après « Latinea » en 2003, Sal La Rocca nous livre « It Could Be The End » l’année dernière. Soliste de haut vol, swing, groove, force et tendresse, Sal La Rocca est généreux en toute chose.

> en savoir plus (site officiel)

space

space

/ Le film : « Play Misty For Me» – Clint Eastwood (1971)

Fiche technique

Titre : Bird
Réalisateur : Clint Eastwood
Année : 1971
Acteurs principaux : Clint Eastwood, Jessica Walter, Donna Mills, John Larch, Jack Ging
Musique : Various Artists
Durée : 1 heures 42 min
Genre : Thriller
Nationalité : Etats-Unis

Contexte

Soutenu par une bande-son aux accents jazzistiques, ce premier film de Clint Eastwood comme acteur et réalisateur est un film à suspens, une véritable descente aux enfers pour le personnage de Clint Eastwood qui va être harcelé par une femme totalement folle de lui. Clint Eastwood, fin amateur de jazz, teinte son premier film d’une coloration jazzistique indiscutable et profite de l’occasion pour introduire dans cette première réalisation une longue séquence enregistrée live lors du festival du « Monterey Jazz Festival » en 1970. Thriller à l’atmosphère ambiguë, « Play Misty For Me », tant par son action que sa bande son, est un terreau idéal pour fleurir un tapis sonore cohérent et fournir l’opportunité d’une rencontre surprenante et riche de possibilités de discussion avec Sal La Rocca, amateur des ambiances tendues. Par ailleurs, certains musiciens du Cannonball Adderley Quintet dont le contrebassiste Percy Heath filmé par Clint Eastwood au « Monterey Jazz Festival », édition 1970, figure parmi les musiciens qui ont compté dans son parcours.

Synopsis

« Thriller psychologique, « Play Misty For Me » est le premier film de Clint Eastwood comme acteur et réalisateur. Clint, alias Dave Garver, spécialiste de jazz, est animateur dans une radio de Carmel, Californie ; localité située à deux pas de Monterey et son fameux festival de jazz. Il anime les nuits de la station : passe des plaques de musiques afro-américaines et lit à l’antenne des poèmes d’Edgar Poe et Kenneth Patchen. Chaque soir, il reçoit l’appel d’une mystérieuse auditrice qui lui demande de passer « Misty » d’Errol Garner. Il fera sa rencontre par hasard chez Murphy, son bar de prédilection. Séducteur nonchalant, il collectionne les aventures féminines et devient la victime de cette jeune femme aux allures étranges qui lui promet pourtant une nuit sans lendemain. » (source: Cinefil)

Teaser

Pour aller plus loin